Il s’agit d’un concept nouveau et totalement inédit : le festival all-inclusive. À l’image des clubs de vacances qui proposent animation et hébergement, les organisateurs proposent désormais des concerts privés assortis de nuits en bungalows et chambres de luxe. Exit donc les nuitées roots à la Woodstock sur les campings situés à l’entrée des sites, et place à un hébergement luxueux dans un palace. Inutile de préciser que dans ces conditions, ce type de festival n’accueille pas des dizaines de milliers de festivaliers, mais simplement plusieurs centaines.

Un festival tout inclus

Comme pour des vacances en formule “tout inclus”, le festivalier bénéficie d’un package complet :

  • les concerts privés
  • le vol aller-retour
  • les transferts depuis et vers l’aéroport
  • le logement en bungalow ou chambre de luxe
  • les repas
  • les boissons
  • les activités sportives, nautiques et les animations
  • des services haut de gamme

Inutile de vous rendre en agence de voyage pour tenter de réserver ce type de séjour. En règle générale, les tickets sont uniquement vendus en ligne. Il faut bien souvent compter un millier d’euros pour un festival de plusieurs jours, soit environ le double de ce que sont prêts à dépenser les festivaliers pour un festival traditionnel.

Plusieurs organisateurs d’évènements ont commencé à exploiter le concept depuis 2012 et proposent des formules all-inclusive pour les festivaliers. On peut notamment citer des examples suivants :

  • Festicket, une jeune start-up britannique qui offre aux amateurs de musique des packs comprenant tickets d’entrée, logement, transport ainsi que d’autres suppléments pour plusieurs dizaines de festivals en Europe
  • Le festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue, au Québec, proposait dès 2013 des forfaits all inclusive comprenant notamment un dîner rencontre avec les invités du Festival, l’accès à une soirée musicale
  • Fly Away, premier festival belge délocalisé dont la première édition a eu lieu en 2016